Cancer du sein

À propos de Cancer du sein

Dans cette section, vous et vos proches en apprendrez davantage sur les médicaments et les traitements du cancer du sein. Vous y trouverez également des conseils pratiques sur le cancer du sein et sur la façon de tirer profit de votre réseau d’entraide. Poursuivez votre lecture et vous trouverez des réponses à certaines de vos questions de même que des liens vers des ressources contenant d’autres renseignements. Être bien renseigné est la première étape pour participer activement aux décisions touchant votre plan de traitement.

Qu’est-ce que le cancer du sein?

Haut

Un cancer sur 4 (26 %) diagnostiqué chez les Canadiennes est un cancer du sein, ce qui en fait la forme de cancer la plus répandue chez les femmes au Canada.

Le cancer du sein est un cancer qui prend naissance dans les cellules du sein. Avant d’aborder de manière plus détaillée ce type particulier de cancer, il est important d’acquérir certaines notions de base:

  • Cellule : L’organisme est constitué de millions de cellules. Chaque cellule est composée de gènes qui sont en fait une série d’instructions (mode d’emploi) qui indiquent à la cellule quand croître, se reproduire et mourir.
  • Cancer : C’est une maladie qui touche le mode d’emploi de certaines cellules; les instructions du mode d’emploi peuvent être modifiées et, par conséquent, les cellules deviennent des cellules cancéreuses. Ces dernières peuvent se multiplier en très grand nombre, former des masses ou des tumeurs malignes, et possiblement se propager dans d’autres parties du corps.

Les gens croient souvent que le cancer du sein n’est qu’un seul cancer. En fait, il s’agit d’un groupe de cancers différents qui touchent le sein. Connaître le type de cancer du sein dont vous êtes atteint peut vous aider à comprendre ce qui se passe dans votre organisme et comment le traitement prescrit par votre médecin agit.

Le type de cancer du sein le plus courant est le carcinome canalaire, parce qu’il prend naissance dans les cellules des canaux lactifères (ou tubes) qui transportent le lait des glandes jusqu’au mamelon. Le carcinome lobulaire, qui s’installe dans les glandes qui produisent le lait (lobules), est un autre type courant de cancer du sein.

 

Le sein

Les autres types de cancers du sein moins courants sont notamment le cancer du sein inflammatoire, la maladie de Paget du mamelon et les cancers du sein triple négatif et de type basal.

Apprendre que vous avez un cancer du sein peut vous bouleverser et vous être pénible, il est donc essentiel d’aller chercher de l’aide et des renseignements auprès de vos proches et de votre équipe de soins. En vue d’obtenir les meilleurs traitements et le meilleur soutien médical, il est important de faire de votre bien-être émotionnel et physique une priorité, de demander de l’aide et du soutien quand vous en avez besoin et d’entretenir des relations avec des gens compatissants qui vous sont chers. Vous n’avez pas à le faire seul – il existe de nombreux moyens de gérer votre vie quotidienne avec votre équipe de soins, votre famille et vos amis, comme vous le verrez dans les sections suivantes.

Facteurs de risque du cancer du sein

Haut

La plupart des cancers du sein touchent les femmes, avec moins de 1 % des cas survenant chez les hommes. La raison principale est que les hormones féminines, surtout l’œstrogène, favorisent la croissance de certains cancers du sein.

Voici quelques-uns des facteurs qui augmentent le risque d’avoir un cancer du sein :

  • Antécédents familiaux de cancer du sein et d’autres cancers
    • Avoir des antécédents familiaux signifie qu’on a un ou plusieurs proches parents par le sang qui ont eu un cancer du sein.
    • Descendance juive ashkénaze
      • Les mutations du gène BRCA sont plus courantes chez les femmes ashkénazes.
  • Mutations du gène BRCA
    • Les gènes BRCA contrôlent la façon dont les cellules cancéreuses du sein se comportent. Il existe 2 gènes BRCA (BRCA1 et BRCA2). Les mutations (modifications anormales) dans ces gènes sont rares et généralement héréditaires. La présence de mutations dans un gène BRCA, ou dans les deux, augmente grandement le risque d’avoir un cancer du sein.
  • Seins denses
  • Troubles génétiques rares
  • Antécédents de reproduction
    • Des menstruations précoces, une ménopause tardive, une grossesse tardive ou l’absence de grossesses augmentent le risque de cancer du sein.
  • Exposition à des radiations ionisantes
  • Hormonothérapie substitutive de longue durée (plus de 5 ans)
  • Usage d’un certain type de contraceptifs oraux pendant plus de 10 ans
  • Accumulation de cellules anormales dans les seins (aussi appelée hyperplasie atypique)
  • Consommation excessive d’alcool
  • Obésité
  • Antécédents personnels de cancer du sein
    • Les femmes qui ont déjà eu un cancer du sein présentent un risque accru d’en avoir un autre.

Afin de prescrire un traitement, les médecins ont besoin de connaître l’étendue ou le « stade » du cancer dans l’organisme. En ce qui concerne le cancer du sein, le système de stadification le plus courant est le système TNM.

L’acronyme TNM signifie Tumeur, Nodes (terme anglais pour ganglions lymphatiques) et Métastase. Cette stadification tient compte des mesures suivantes :

  • Tumeur : la taille de la tumeur
  • Ganglions lymphatiques : le nombre de ganglions envahis ou touchés par le cancer ainsi que leur emplacement
  • Métastases : la propagation ou non du cancer (dissémination des métastases) vers d’autres parties du corps

Le cancer du sein comprend 5 stades principaux : 0, I, II, III et IV. Généralement, l’issu (le pronostic) est meilleur pour le patient lorsque le stade est moins élevé. De façon très générale, les stades sont les suivants :

  • Stade 0 : Le cancer ne touche que les canaux, les lobules ou le mamelon et ne s’est pas propagé au tissu mammaire voisin; il est au stade précoce.
  • Stade I : La tumeur mesure moins de 2 cm de diamètre; le cancer ne s’est pas propagé aux ganglions lymphatiques ni à d’autres parties du corps.
  • Stade II : La tumeur mesure entre 2 et 5 cm de diamètre. Le cancer peut s’être propagé aux ganglions lymphatiques.
  • Stade III : Tumeur de taille variée. Le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques voisins, mais ne s’est pas propagé à d’autres parties du corps.
  • Stade IV : Le cancer s’est propagé à d’autres parties du corps.

Bon nombre d’examens servant au diagnostic du cancer sont également utilisés pour déterminer le stade du cancer.

Tests diagnostiques Tests de stadification et autres tests

Cancer du sein : facteurs influant sur le pronostic de la maladie

Haut

Le cancer du sein peut toucher un patient de différentes façons, selon un certain nombre de facteurs, dont les suivants :

  • Les antécédents médicaux (qui comprennent les maladies antérieures et actuelles ainsi que les traitements antérieurs et courants)
  • Le type de cancer du sein
  • Les caractéristiques (y compris la taille, le type, le grade et le stade) du cancer
  • Les résultats de l’analyse du statut des récepteurs hormonaux. Les résultats peuvent indiquer que la tumeur contient ou non :
    • des récepteurs d’œstrogènes (ER); elle peut donc être ER positive (ER+) ou ER négative (ER-)
    • des récepteurs de progestérone (PR); elle peut donc être PR positive (PR+) ou PR négative (PR-)
  • Les résultats de l’analyse du statut HER2 (HER2 est un gène qui peut favoriser la croissance de la tumeur). Les résultats peuvent être les suivants :
    • Test HER2 positif – les gènes HER2 sont trop actifs (surexpression du gène)
    • Test HER2 négatif – les gènes HER2 ont une activité normale
  • Les traitements anticancéreux prescrits
  • La réponse au traitement principal

Un médecin pour qui ces facteurs sont familiers peut mieux prédire l’issu de la maladie (pronostic) d’un patient, au fil du temps.

Vous avez peut-être vu les statistiques sur la survie au cancer du sein. N’oubliez pas que les statistiques de survie sont des estimations générales et qu’elles doivent être interprétées avec prudence. Ces statistiques sont fondées sur l’expérience de groupes de personnes; elles ne permettent donc pas de prédire les chances de survie d’une personne en particulier. Habituellement, plus le cancer du sein est diagnostiqué et traité rapidement, plus les chances de survie du patient sont meilleures.

Votre médecin peut vous expliquer les statistiques relatives au cancer du sein et ce qu’elles signifient pour vous.

Signes et symptômes du cancer du sein

Les symptômes les plus courants du cancer du sein comprennent les suivants :

  • Masse dans un sein – premier signe le plus courant
  • Masse à l’aisselle (sous le bras)
  • Changement de la taille ou de la forme du sein
  • Changement de la peau du sein
    • La peau des seins peut devenir capitonnée ou plissée; c’est ce que l’on appelle parfois une peau d’orange.
    • Une rougeur, une enflure et une chaleur accrue (signes similaires à ceux d’une infection) ou une démangeaison du sein ou du mamelon peuvent être des signes d’un cancer du sein inflammatoire.
  • Changement du mamelon
    • Mamelon nouvellement inversé
    • Écoulement des mamelons
    • Formation de croûtes, d’ulcères ou de desquamation (peau qui pèle) sur le mamelon
  • Changement des ganglions lymphatiques
    • Sensation de masse ou autre anormalité

Y a-t-il d’autres symptômes associés au cancer du sein?

  • Douleurs osseuses
  • Nausées
  • Perte d’appétit
  • Perte de poids
  • Jaunisse
  • Accumulation de liquide autour des poumons
    • Essoufflement
    • Toux
  • Maux de tête
  • Vision double
  • Faiblesse musculaire

Le soutien est primordial

Haut

Lorsque vous êtes atteint d’un cancer, vous pourriez avoir besoin de divers types de soutien, à différents moments.

Vous trouvez peut-être difficile de demander de l’aide, mais le fait de recevoir de l’aide permet souvent de composer plus facilement avec le cancer. Gardez à l’esprit que votre famille, vos amis et même vos collègues de travail peuvent vraiment vouloir vous aider, mais qu’ils ne savent peut-être pas exactement quoi faire. Le fait de savoir quels sont vos besoins (par exemple, promener votre chien) permet à vos proches de se sentir utiles. Rappelez-vous que donner c’est comme recevoir.

Les personnes qui ont vécu ce que vous vivez actuellement sont une autre source de soutien. Ces personnes comprennent ce que vous ressentez. Elles peuvent vous dire à quoi vous attendre, comment elles ont composé avec la situation et vous donner espoir en l’avenir. Vous pouvez contacter des personnes qui sont dans votre situation par l’entremise de programmes d’entraide structurés. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce type de programme, parlez-en à votre médecin ou à un autre membre de votre équipe de soins. Vous pouvez également contacter la Société canadienne du cancer, la Fondation canadienne du cancer du sein ou, au Québec, la Fondation du cancer du sein du Québec.

Votre équipe de soins est également une source importante de soutien pour vous. Bien que ces personnes soient des professionnels de la santé, ce sont également des êtres humains; il est donc important d’entretenir une bonne relation avec eux, grâce à une communication ouverte et honnête.

Votre famille et vos amis veulent vous aider. Certaines personnes savent quoi dire et quoi faire, sans que vous ayez à leur dire quoi que ce soit. D’autres veulent vous aider, mais ne savent pas trop comment. Dans ces cas-là, vous pouvez faire le premier pas en commençant la conversation et en disant à la personne exactement ce dont vous avez besoin. Vous ne devez pas tenir pour acquis que l’autre personne saura comment vous aider. Dans d’autres cas, une personne pourrait vous dire : « Dis-moi ce que je peux faire pour aider ». Vous pouvez alors lui dire exactement quels sont vos besoins.

Voici quelques conseils utiles de la part de patients :

  • Demandez à vos proches d’en apprendre davantage sur votre maladie. De cette façon, ils comprendront mieux vos symptômes et ce que vous ressentez. Cela pourrait leur donner de nouvelles idées pour vous aider dans votre quotidien. Le seul fait qu’ils soient sensibilisés vous rendra tous plus à l’aise pour composer avec le cancer du sein. La compréhension de tous est meilleure grâce à l’augmentation des connaissances – parents et amis peuvent lire l’information présentée sur ce site ou sur d’autres sites Web, consulter des sources d’information fiables à la bibliothèque ou vous accompagner à certains de vos rendez-vous. Ils peuvent aussi contacter la Société canadienne du cancer, la Fondation canadienne du cancer du sein  ou, au Québec, la Fondation du cancer du sein du Québec.
  • Demandez-leur du soutien. Il peut s’agir simplement d’une oreille attentive quand vous avez besoin de parler – même de sujets qui ne sont pas directement liés à votre cancer du sein. Entretenez les relations personnelles qui vous sont importantes. Partagez ce que vous ressentez, tant sur le plan physique qu’émotionnel. Il y aura des moments où vous serez davantage incommodé par la douleur et vous vous sentirez plus anxieux.
  • Soyez toujours ouvert et honnête à propos de vos besoins. Il est préférable de donner aux autres une idée très précise de la façon dont ils peuvent vous aider. Voici quelques exemples de ce que vous pourriez demander à votre famille ou à vos amis :
    • Aider aux travaux ménagers, comme la cuisine, le ménage, les courses et l’entretien extérieur
    • Arroser les plantes d’intérieurs et le jardin
    • Tondre le gazon
    • Aller chercher le courrier
    • Prendre soin des animaux de compagnie
    • Vous conduire à vos rendez-vous médicaux
    • Conduire un enfant à l’école ou à d’autres activités et aller le chercher
    • Aller chercher une ordonnance à la pharmacie
    • Chercher des renseignements sur votre maladie ou sur d’autres sujets
    • Être la personne-ressource qui tient les autres au courant de votre état de santé

Les personnes atteintes du cancer peuvent vivre toute une gamme d’émotions. Bien qu’il soit difficile de faire face à certains de ces sentiments, il y en a également des positifs. Certaines personnes trouvent qu’elles commencent à aimer la vie d’une nouvelle façon. 

Le cancer du sein diffère d’un patient à l’autre et le traitement doit être adapté à chacun. L’important est de suivre attentivement les directives de l’équipe de soins au sujet des mesures et des médicaments à prendre. Restez fidèle à votre traitement. Prenez des notes et communiquez régulièrement avec votre médecin à propos des effets de votre traitement. Si vous sentez qu’il y a un problème avec votre traitement ou que vous présentez des effets secondaires, contactez immédiatement votre médecin pour lui faire part de vos préoccupations. N’hésitez pas à poser des questions. Soyez proactif et participez aux décisions concernant votre santé.

Voici quelques conseils sur la façon de tirer profit au maximum de vos rendez-vous avec les membres de votre équipe de soins :

  • Soyez ouvert et honnête à propos de votre état de santé.
  • Si vous voulez qu’un de vos proches parle à votre équipe de soins, avec vous ou en votre nom, il vaut mieux choisir une personne pour jouer ce rôle. Cela permet d’éviter d’avoir un grand nombre de personnes posant les mêmes questions à votre équipe de soins.
  • Notez toute question que vous pourriez avoir et apportez votre liste de questions lors de votre prochain rendez-vous.
  • Prenez des notes.
  • Demandez le nom de la personne à contacter si quelque chose survient entre les rendez-vous prévus.
  • Essayez de ne pas devenir hostile ou de ne pas vous mettre en colère durant un rendez-vous, car cela peut nuire à la façon dont votre équipe de soins communique avec vous.

Des solutions au quotidien

Haut

Pour la plupart des gens, atteints ou non d’un cancer, il est recommandé de faire de l’exercice, de manger sainement et d’avoir de bonnes habitudes de sommeil. Un mode de vie sain peut améliorer la qualité de vie de la plupart des gens.

Avant d’apporter des changements à votre mode de vie, consultez votre médecin. 

L’activité physique peut jouer un rôle important dans la guérison de votre cancer du sein.

Faire de l’exercice après un traitement contre le cancer du sein peut offrir les bienfaits suivants :

  • Augmentation du niveau d’énergie
  • Réduction de la fatigue, de l’anxiété et de la dépression
  • Réduction du stress
  • Amélioration de la fonction cardiovasculaire
  • Meilleure estime de soi
  • Amélioration de la qualité de vie

Même si l’ajout d’exercice régulier à votre vie peut être un grand défi, il est important de se rappeler que l’exercice peut aussi vous aider à maintenir votre endurance, votre force et votre flexibilité. Si vous prévoyez pratiquer de nouvelles activités physiques, parlez-en d’abord avec votre équipe de soins. Si vous éprouvez des problèmes de santé pendant que vous faites de l’exercice, consultez rapidement un médecin.

 

Planifiez votre programme d’exercices

Voici quelques conseils généraux à considérer avant d’entreprendre un programme d’exercice :

  • Chez la plupart des gens, il est recommandé de faire de 30 à 60 minutes d’activité physique, de 3 à 5 jours par semaine, pour rester en forme. Consultez votre médecin pour établir des objectifs appropriés pour vous.
  • Commencez en douceur. Au fil du temps, vous pourrez augmenter graduellement le niveau d’effort ou l’intensité de l’activité.

Pour de l’information générale sur l’exercice physique, visitez la page Web sur l’activité physique de l’Agence de la santé publique du Canada.

Voici certains conseils généraux sur l’exercice pour les patients ayant subi récemment une chirurgie ou une radiothérapie pour un cancer du sein :

  • Portez des vêtements amples et confortables.
  • Essayez de faire de l’exercice après une douche, lorsque vos muscles sont réchauffés et détendus.
  • Respirez lentement et profondément pendant que vous faites de l’exercice.
  • Faites les exercices jusqu'à ce que vous ressentiez un léger étirement, et non une douleur.
  • Commencez à faire de l’exercice lentement et en douceur.
  • N’en faites pas trop; une douleur et de l’enflure sont souvent des signes que vous en faites trop.
  • Augmentez graduellement votre rythme et votre niveau d'activité.
  • Il est important de signaler à votre médecin ou à votre physiothérapeute toute enflure ou douleur inexpliquée.

 

Exercice de réadaptation après une chirurgie et/ou une radiothérapie

La chirurgie et/ou la radiothérapie peuvent causer des problèmes au bras ou à l’épaule, du côté du corps qui a été traité. Faire de l’exercice après un traitement du cancer du sein peut vous aider à retrouver l’amplitude des mouvements et la mobilité du bras et de l’épaule.

Faire des exercices pour le bras et l’épaule après une chirurgie du cancer du sein peut favoriser votre rétablissement et vous aider à :

  • Améliorer votre tonus musculaire
  • Retrouver la capacité de faire vos activités quotidiennes
  • Diminuer les effets secondaires de la chirurgie, comme la douleur, la raideur articulaire et l’enflure
  • Améliorer votre bien-être général

Si vous ressentez de la douleur, un engourdissement ou tout autre problème inhabituels pendant ou après votre séance d’exercice, informez-en votre médecin.

 

Prise en charge de la fatigue

Les patients peuvent décrire la fatigue comme une sensation de fatigue générale, une faiblesse, une lassitude, une lourdeur, une lenteur ou un manque d’énergie.

La fatigue liée au cancer n’est pas nécessairement soulagée par le sommeil et le repos. Ce type de fatigue disparaît généralement après la fin du traitement contre le cancer, mais les patients peuvent continuer de la ressentir pendant des mois, même des années plus tard.

Voici quelques méthodes pour composer avec la fatigue. Si vous prévoyez faire des changements dans votre mode de vie, parlez-en d’abord avec votre médecin :

  • L’exercice peut aider les patients atteints d’un cancer à se sentir mieux et à avoir plus d’énergie. Consultez la section sur l’exercice.
  • Planifier ses activités, se reposer et dormir suffisamment. Changer la routine quotidienne demande davantage d’énergie à l’organisme, alors conserver un horaire régulier peut améliorer le sommeil et augmenter le niveau d’énergie durant la journée.
  • Parlez à un conseiller de ce que vous ressentez. Réprimer ses sentiments et ses émotions peut aggraver la fatigue. 

Manger sainement pendant et après un traitement contre le cancer peut représenter un défi. Certains patients perdent du poids alors que d’autres en prennent.

Les médicaments administrés dans le cadre d’un traitement contre le cancer peuvent modifier la perception du goût et/ou causer des nausées. Ces effets secondaires peuvent provoquer une perte de poids. En général, toutefois, les femmes qui reçoivent une chimiothérapie contre le cancer du sein sont plus susceptibles de prendre du poids.

Les patients peuvent consulter le Guide alimentaire canadien pour les aider à faire des choix d’aliments sains après avoir reçu un traitement contre le cancer du sein.

Une diététicienne peut également vous aider à planifier des repas adaptés à vos besoins, à votre état de santé et à vos préférences alimentaires.

 

Les suppléments

Les suppléments alimentaires, y compris les vitamines, les minéraux ou les suppléments à base de plantes médicinales ne peuvent remplacer une alimentation saine et équilibrée. Dans certains cas, toutefois, votre médecin ou votre diététicienne peut vous recommander de prendre des suppléments si votre apport alimentaire est insuffisant en ce qui concerne un ou plusieurs nutriments.

Il est important de noter que prendre des vitamines ou autres suppléments en quantité supérieure à celle recommandée peut faire plus de mal que de bien et peut même être dangereux. Consultez votre médecin avant de commencer à prendre un supplément

Avant et après votre traitement contre le cancer, vous vivrez de nombreuses émotions différentes, dont un choc, de l’anxiété, de la colère, de même que des inquiétudes face aux conséquences que le cancer pourrait avoir sur la vie de vos proches.

Les patients peuvent vivre des émotions différentes selon le type de traitement prescrit ou l’étape du traitement. Faire face à ces diverses émotions peut représenter un défi.

Obtenir du soutien d’autres personnes peut vous aider à préserver votre santé émotionnelle. La famille, les amis, les groupes religieux ou spirituels, les groupes d’entraide pour les personnes atteintes du cancer, les forums de soutien en ligne et les conseillers sont tous des options auxquelles vous pouvez avoir recours. C’est à vous de décider quelle personne ou quel groupe d’entraide vous convient le mieux. Il est très important que vous soyez à l’aise avec le cadre de soutien choisi. Si vous préférez parler avec une seule personne à la fois, un conseiller ou un ami de confiance pourrait être le meilleur choix. Si vous préférez parler avec d’autres personnes atteintes du cancer qui vivent la même chose que vous, opter alors pour un groupe d’entraide mis en place par une clinique locale ou une succursale locale de la Société canadienne du cancer (consultez le Répertoire des services à la communauté de votre province) peut être le meilleur choix pour vous.

 

Counseling pour l’estime de soi et l’image corporelle

Après un traitement contre le cancer du sein, certaines femmes peuvent se sentir moins féminines, en raison de la perte d’un sein, de cicatrices, de la perte des poils et des cheveux ou d’une variation dans le poids corporel.

Si cela se produit, il est important de vous donner le temps de vous adapter aux changements. Demandez à votre médecin de vous recommander un programme de soutien aux patients approprié pour vous. Vous devriez peut-être envisager de discuter avec votre équipe de soins afin qu’on vous oriente vers un conseiller ou des services de soutien dans votre région.

Solutions thérapeutiques complémentaires

Haut

Lors de vos interactions avec la famille et les amis, et peut-être avec les membres d’un groupe d’entraide, vous pourriez entendre parler de divers traitements complémentaires et parallèles contre le cancer en général, comprenant, entre autres, des vitamines, des plantes médicinales, des régimes alimentaires particuliers et l’acupuncture.

Consultez d’abord votre médecin avant d’entreprendre tout traitement complémentaire ou parallèle. Votre décision de vous tourner vers un traitement complémentaire ou parallèle est un choix personnel; toutefois, il est important que votre médecin soit mis au courant de votre décision, car cela pourrait avoir certains effets sur le traitement qu’il vous a prescrit.

Voici quelques exemples de traitements complémentaires :

 

Médicaments

Haut

Les membres de votre équipe de soins discuteront avec vous des options de traitements qui s’offrent à vous, comme la chirurgie, la chimiothérapie, l’hormonothérapie, la biothérapie, la radiothérapie et les soins de confort.

 

Lorsque viendra le moment de choisir un traitement contre le cancer du sein, votre équipe de soins tiendra compte d’un certain nombre de facteurs, dont les suivants :

Selon le stade de votre cancer et le traitement prescrit, vous pourriez avoir dans votre équipe de soins au moins un des spécialistes suivants :

  • Chirurgien oncologue (chirurgien qui se spécialise dans le traitement du cancer)
  • Radio-oncologue
  • Oncologue médical

D’autres professionnels de la santé peuvent également en faire partie, comme des infirmiers et des travailleurs sociaux.

La chirurgie permet de retirer ou de réparer les tissus de l’organisme des personnes atteintes de différents types de cancer, y compris le cancer du sein. Il s’agit de la méthode de traitement anticancéreux la plus ancienne et plus de la moitié des personnes atteintes de cancer subiront une chirurgie quelconque. Des complications peuvent survenir après une chirurgie et varient selon l’ampleur de la chirurgie de même que l’état de santé du patient avant la chirurgie. Il est très important de signaler à votre équipe de soins tout effet secondaire apparaissant après la chirurgie.

On peut également avoir recours à la chirurgie pour réduire le risque d’être atteint de certains types de cancer ou pour soulager les symptômes de cancer.

Les types de chirurgie mammaire peuvent comprendre les suivants :

  • Chirurgie mammaire conservatrice – soit l’ablation de la tumeur et de certains tissus sains qui l’entourent.
  • Mastectomie – ablation complète du sein touché
  • Ablation des ganglions lymphatiques

La chimiothérapie comprend l’administration de médicaments anticancéreux. Elle est couramment utilisée dans le traitement du cancer du sein.

Les médicaments anticancéreux (aussi appelés médicaments cytotoxiques) sont mis au point pour détruire les cellules cancéreuses. Ces médicaments circulent généralement dans tout l’organisme et agissent même sur les cellules cancéreuses qui se sont propagées hors de la tumeur. Il existe différents traitements de chimiothérapie et le choix du traitement est basé sur les besoins particuliers du patient.

La chimiothérapie peut être utilisée dans le traitement du cancer du sein, de l’une des manières suivantes :

  • Après une chirurgie, pour détruire les cellules cancéreuses qui peuvent rester après l’intervention et réduire le risque de récidive du cancer
  • Avant une chirurgie, pour réduire la taille d’une grosse tumeur
  • Pour traiter une récidive du cancer du sein
  • Pour soulager la douleur ou maîtriser les symptômes du cancer du sein au stade avancé (chimiothérapie palliative)

La chimiothérapie n’est généralement pas prescrite dans le traitement du cancer du sein de stade 0, car le risque de propagation ou de récidive du cancer est faible.

La chimiothérapie peut être utilisée dans les cas suivants :

  • Cancer du sein de stade I ou II avec un risque élevé de récidive
  • Cancer du sein localement avancé; par exemple, en présence d’une grosse tumeur qui ne peut être enlevée par chirurgie et qui s’est propagée dans d’autres parties du sein et dans les ganglions lymphatiques, mais pas dans d’autres parties du corps
  • Cancer du sein actif (avec métastases) ou récidivant chez des patients ayant obtenu un résultat négatif à l’analyse du statut des récepteurs hormonaux

Pour plus de renseignements sur les stades du cancer du sein

 

Médicaments chimiothérapeutiques

La chimiothérapie des cancers de stade I et II est habituellement composée d’une association de médicaments.

On fait souvent référence aux associations de médicaments chimiothérapeutiques par des lettres, par exemple, « AC » réfère à l’association des médicaments doxorubicine et cyclophosphamide. Un autre exemple serait « TC », qui réfère à l’association des médicaments docétaxel et cyclophosphamide.

Certains médicaments sont également administrés seuls (en monothérapie) dans certaines situations lorsque le cancer du sein est avancé ou s’est propagé (métastases) ou si le patient ne répond plus aux autres traitements. Quelques-uns de ces médicaments couramment utilisés seuls ou en association avec d’autres médicaments comprennent les suivants :

5-fluorouracile capécitabine cisplatine
cyclophosphamide docétaxel doxorubicine
épirubicine éribuline étoposide
gemcitabine méthotrexate mitomycine
paclitaxel paclitaxel lié aux protéines vinorelbine

Le choix de médicaments chimiothérapeutiques dépend de plusieurs facteurs dont le type de cancer du sein, la taille et la localisation de la tumeur, la santé générale de la patiente et ses préférences, ainsi que les résultats de tout traitement précédent.

Les effets secondaires associés aux médicaments chimiothérapeutiques dépendent du type de médicament ou d’association de médicaments administrés, de la dose, de la façon dont le médicament chimiothérapeutique est administré et de l’état de santé global du patient. Voici quelques exemples d’effets secondaires :

  • Suppression de la fonction de la moelle osseuse
  • Nausées et vomissements
  • Diarrhée
  • Constipation
  • Gain de poids
  • Perte d’appétit
  • Mal à la bouche
  • Urine ayant une couleur rougeâtre
  • Perte de cheveux
  • Fatigue
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Douleur au point d’injection
  • Syndrome mains-pieds
  • Modifications de la peau et des ongles
  • Réactions allergiques
  • Ménopause induite par le traitement
  • Problèmes de fertilité
  • Troubles de la mémoire
  • Lésions au système nerveux
  • Lésions à la vessie
  • Lésions au cœur
  • Autres cancers

L’hormonothérapie peut ralentir la croissance et la propagation des cellules cancéreuses du sein en modifiant les taux d’hormones dans le corps ou en empêchant les cellules cancéreuses d’utiliser une hormone particulière appelée œstrogène. On peut utiliser divers moyens pour changer les taux d’hormones dans l’organisme, entre autres, des médicaments, la chirurgie ou la radiothérapie.

Les hormones féminines, l’œstrogène et la progestérone, peuvent favoriser la croissance de certains cancers du sein. L’œstrogène et la progestérone se lient à des récepteurs hormonaux (récepteur d’œstrogène [ER] et récepteur de progestérone [PR]), ce qui permet aux hormones d’agir sur les cellules. Chez les femmes atteintes d’un cancer du sein, on analyse les cellules cancéreuses pour voir si elles contiennent des récepteurs d’œstrogènes ou de progestérones;. On n’a pas recours à l’hormonothérapie chez les femmes dont la tumeur est ER ou PR négative, car les cellules de leur organisme répondent moins bien à l’hormonothérapie.

Les hormonothérapies le plus souvent administrées dans le traitement du cancer du sein sont les suivantes :

  • Anti-œstrogènes
  • Inhibiteurs de l’aromatase, ils bloquent l’action de l’aromatase, une enzyme impliquée dans la production d’œstrogène
  • Traitements qui empêchent les ovaires de produire de l’œstrogène (appelé aussi suppression ovarienne)
  • Progestatifs, ils sont utilisés pour prévenir la production d’œstrogène et pour neutraliser certains effets néfastes de l’œstrogène
  • Androgènes, des hormones mâles utilisées pour contrôler la production d’œstrogène

Les effets secondaires associés à l’hormonothérapie dépendent du type de médicament administré, de la dose et de l’état de santé global du patient. Voici quelques exemples d’effets secondaires :

  • Bouffées de chaleur
  • Nausées et vomissements
  • Ménopause induite par le traitement
  • Maux de tête
  • Étourdissements
  • Éruption cutanée
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Problèmes oculaires
  • Constipation
  • Diarrhée
  • Perte de cheveux
  • Enflure ou gain de poids
  • Perte d’intérêt pour la sexualité
  • Fatigue
  • Problèmes de fertilité
  • Caillots de sang
  • Perte de la densité osseuse (aussi appelée ostéoporose)

Les biothérapies sont des traitements particuliers qui détruisent, maîtrisent ou modifient le comportement des cellules cancéreuses. Les différents types de biothérapies agissent différemment.

On peut administrer une biothérapie dans les cas suivants :

  • Cancer du sein métastatique, à un stade avancé ou à risque élevé (en association avec une hormonothérapie ou une chimiothérapie)
  • Traitement d’une aplasie médullaire causée par la chimiothérapie

Voici la liste des biothérapies commercialisées au Canada pour le traitement du cancer du sein :

  • Trastuzumab, il se lie aux protéines HER2 afin de prévenir la croissance des cancers HER2 positifs
  • Pertuzumab, il se lie à un endroit différent sur les protéines HER2 afin de prévenir la croissance des cancers HER2 positifs et est souvent utilisé en association avec le trastuzumab et le docétaxel (une chimiothérapie)
  • Trastuzumab emtansine, c’est une association de médicaments qui empêche la croissance des cancers HER2 positifs (trastuzumab) et qui détruit spécifiquement les cellules des cancers HER2 positifs
  • Lapatinib, il est utilisé dans les cancers HER2 positifs afin de bloquer l’activité des protéines HER2, empêchant ainsi les cellules de croitre 
  • Facteurs de stimulation des colonies (appelés aussi FSC), ils sont utilisés pour diminuer certains effets secondaires du traitement pour le cancer, en stimulant la production de cellules sanguines

Les effets secondaires associés aux traitements biologiques dépendent du type de médicament administré, de la dose et de l’état de santé global du patient. Voici quelques exemples d’effets secondaires:

  • Maux de tête
  • Diarrhée
  • Nausées et vomissements
  • Éruption cutanée
  • Symptômes semblables à ceux de la grippe
  • Fatigue
  • Réaction allergique
  • Constipation
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Enflure, rougeur ou éruption cutanée au point d’injection
  • Perte d’appétit
  • Mal à la bouche
  • Variations de la pression artérielle
  • Lésions au cœur

La radiothérapie utilise des rayons à haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses.

En présence d’un cancer du sein, la radiothérapie peut être utilisée comme suit :

  • Après la chimiothérapie ou la chirurgie, pour détruire les cellules cancéreuses qui peuvent rester après l’intervention et pour réduire le risque de récidive du cancer
  • Avec d’autres traitements, en présence d’un cancer du sein de stade III
  • Pour le traitement d’un cancer du sein récidivant dans la région où une mastectomie a été pratiquée
  • Pour soulager la douleur et/ou maîtriser les symptômes chez les patients atteints d’un cancer du sein

Les effets secondaires associés à la radiothérapie dépendent des facteurs suivants :

  • L’étendue de la région traitée
  • Les organes traités ou la région traitée
  • L’intensité du rayonnement
  • Le calendrier de radiothérapie

Les effets secondaires de la radiothérapie peuvent comprendre les suivants :

  • Fatigue
  • Réactions cutanées
  • Changements aux seins
  • Douleurs aux seins
  • Difficulté à avaler
  • Raideur des épaules
  • Nausées
  • Pneumopathie radique
  • Lésions aux nerfs
  • Lésions au cœur
  • Fracture d’une côte

Avertissement 

Veuillez noter que les renseignements présentés sur ce site Web ne sont pas destinés à remplacer les avis médicaux ou les traitements prescrits par un médecin. Vous ne devez pas utiliser ces renseignements pour diagnostiquer ou traiter une maladie ou un problème de santé. Consultez votre médecin ou un autre professionnel de la santé si vous avez des questions concernant votre état de santé, vos symptômes ou vos options de traitement.